INFORMATIONS

28 janvier, 2023 et 29 janvier, 2023 : Formation théorique et pratique à la technique d’hydrotomie percutanée Inscriptions en ligne
Pour adhérer ou réadhérer, c'est ici .
Pour toutes les inscriptions ou l'adhésion vous pouvez aussi passer par le formulaire imprimable

Définition de l'hydrotomie percutanée à visée thérapeutique ou hydratation extracellulaire

L’hydrotomie percutanée est une pratique médicale professionnelle. Elle consiste en l’injection locale intradermique ou sous-cutanée de sérum physiologique (chlorure de sodium à 0,9 %) en accord avec l’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour les indications d’hydratation extra-cellulaire et de véhicule d’apport thérapeutique (source Vidal 2017).

Elle permet l’apport de minéraux, d’oligo-éléments et de vitamines injectables mais aussi l’administration de médicaments conformément à leur usage établi en mésothérapie (accord professionnel : Société Française de Mésothérapie « La pharmacopée en mésothérapie », 3e édition, 2000-2001) et aux recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS : service d’évaluation des actes professionnels SEAP, rapport de juin 2014).

L’hydrotomie percutanée est une mésothérapie diluée (mémoires présentés au Diplôme Inter Universitaire de mésothérapie Université Bordeaux II Victor Segalen et à l’Université Paris VI, Faculté de Médecine de la Pitié-Salpêtrière « Intérêt des grandes dilutions en mésothérapie »).

Les infirmiers.ères diplomés.ées d’Etat (IDE) peuvent effectuer des perfusions sous-cutanées sur prescription médicale selon la nomenclature générale des actes professionnels (NGAP : AMI 9 – AMI 14).

Les injections sont effectuées par les professionnels de santé selon les règles d’asepsie en vigueur.

Étymologie :
 Du grec « Hydro » = eau 
 « tomia » = coupure, incision

Hydrotomie : « pousser, infiltrer de l’eau dans les tissus, les fibres, les organes »

Concept de l’hydrotomie percutanée

Rappelons brièvement que lorsqu’un patient se trouve dans le coma il est perfusé par voie intraveineuse ce qui assure l’hydratation et la nutrition cellulaire lui permettant d’assurer ses fonctions vitales et la régénération cellulaire (eau, électrolyte, minéraux, oligo-éléments, vitamines, acides aminés…).

Par analogie on peut concevoir que dans les maladies dégénératives de type arthrose, le même traitement pourrait être appliqué sur le plan structurel et fondamental, par voie loco régionale en toute petite quantité et en grande dilution afin d’améliorer et de sécuriser la voie d’administration des produits (tolérance, résorption…).

C’est la technique dite « tumescente » utilisée en médecine esthétique depuis plus de 25 ans, avec la création d’un « coussin d’hydrotomie »  (eau + anesthésie locale) et l’administration de produits utilisés en mésothérapie depuis près de 50 ans (minéraux, oligo-éléments, vitamines, acides aminés… dûment visés par l’HAS en juin 2014) en micronutrition cellulaire.

Lorsque les quantités de sérum physiologique (eau) deviennent plus importantes on peut parler de perfusion sous-cutanée de surface ou hypodermoclyse utilisée en gériatrie depuis plus de 60 ans.
Voir la page bibliographie.

Ainsi l’hydrotomie percutanée ouvre la voie d’une médecine régénérative loco régionale à visée thérapeutique (hydratation extracellulaire ou « washout » et micronutrition).

L’hydrotomie percutanée constitue une médecine conventionnelle allopathique injectable par voie locorégionale en très petite quantité et très diluée , mise en oeuvre par le coussin d’hydrotomie (vecteur) . Les effets indésirables étant quasi inexistants.

INTÉRÊT DE LA TECHNIQUE

Après un parcours thérapeutique conventionnel, à leur plus grande satisfaction, de très nombreux patients ont pu arrêter toute prise médicamenteuse et vu leur affection disparaître grâce à l’hydrotomie percutanée en reprenant une activité fonctionnelle normale y compris sportive.
Enfin, il faut souligner le coût économique très faible de cette alternative thérapeutique et son intérêt écologique incontestable.

Les lombalgies chroniques ainsi que les cervicalgies constituent actuellement un véritable fléau de santé publique avec un coût économique très important.
À travers un faisceau d’arguments (études, publications, communications auprès des sociétés savantes, bibliographies, avis autorisés de professionnels de santé, expertise des dossiers médicaux, plusieurs centaines de témoignages de patients identifiés…), les autorités sanitaires devraient prendre en compte toutes ces données afin de valider cette technique déjà éprouvée depuis près de 40 ans en médecine libérale privée par des centaines de professionnels et actuellement expérimentés avec succès en centre anti-douleur.
L’hydrotomie percutanée fait l’objet de nombreuses communications, au niveau national et international, et fait partie de l’exercice quotidien de beaucoup de praticiens formés à cette technique. De nombreuses études scientifiques ont été réalisées dans certains Centres Hospitalo-Universitaires (CHU Bordeaux, Lyon, Paris…) et en pratique libérale.
coussin d'hydrotomie arthrose lombaire

Dr Bernard Guez

Installé à Nice depuis une vingtaine d’années, le docteur Bernard Guez est médecin généraliste.

Spécialisé en mésothérapie, homéopathie, gériatrie, il est également médecin esthéticien et expert auprès de l’HAS (Haute Autorité de Santé) en mésothérapie esthétique.

Il exerce depuis près de 40 ans et a effectué plus de 350000 séances en médecine générale interventionnelle toutes pathologies confondues.

Fondateur de la technique d’hydrotomie percutanée, il forme régulièrement des professionnels de santé (médecins et infirmiers) venus du monde entier.

Il est membre de la SIHP (Société Internationale d’Hydrotomie Percutanée) et intervient chaque année dans le congrès annuel international.

Il est également l’auteur du livre :
Vaincre les maladies chroniques par l’hydrotomie percutanée

Voir l’article du magazine Alternative Santé

Dr bernard guez president sihp

Liens vers les différents sites